Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 15:08

LA LAÏCITÉ, UN BIEN À EXPORTER ?

 

 

Version française des Dernières Nouvelles de l'UAAR – Union des Athées, Agnostiques et Rationalistes. ( 3 mai 2013) :

Texte italien : http://www.uaar.it/news/2013/05/03/laicita-bene-esportare/

 

Nos amis de l'UAAR mettent souvent le doigt où ça fait mal. Ainsi en va-t-il du destin des athées et autres incroyants dans le monde, y compris dans certains pays qui veulent donner des leçons aux autres. Résumons la question : le vieux combat civilisateur n'est pas encore terminé... Loin de là. Les tenants des révélations diverses continuent à vouloir imposer leurs lubies au reste des hommes – et bien entendu, plus encore aux femmes et aux enfants, même – s'agissant des catholiques, aux nouveaux-nés. Fixons la règle de civilité minimale à ceci : le droit de penser librement ou de croire librement, à titre strictement personnel ; le droit de n'être pas enrégimenté de force et à son insu dans une croyance quelconque. Bref,la règle civilisée de base est ce qu'on a coutume d'appeler la liberté de conscience, une denrée d'intimité supérieure dont il va de soi qu'on n'en impose pas les divagations aux autres.

Ce qui ressort de l'article pourrait se résumer en une paraphrase du divin marquis : « Européens, encore un effort pour devenir civilisés ! »

 

 

 

 

 

 

Sinon dans la pratique, du moins en théorie les constitutions de presque de tous les États de l'Union Européenne affirment la laïcité comme un principe fondamental. Valeur d'exportation ? Il y en a qui le pensent. Mais il y en a même qui pensent que la laïcité à l'européenne est trop agressive. Ironiquement, ceux qui le pensent sont à leur tour partisans de principes fondamentaux à exporter…

 

La première nouvelle arrive de Presseurop: les diplomates de l'Union Européenne recevront bientôt des directives par lesquelles on leur demandera « de promouvoir à l'étranger la neutralité des pouvoirs publics et de protéger la liberté de culte ». Il n'est pas bien clair en quoi consiste concrètement la mesure, qui semble fort générale. Comme il a été déjà souligné par certains, bien peu d'États européens peuvent se définir « neutres » : la reine d'Angleterre est à la tête de l'Église anglicane, dans les écoles italiennes, on enseigne la religion catholique, et la Hongrie s'est récemment dotée d'une constitution excessivement chrétienne. Selon le Polonais Robert-Jan Uhl, conseiller aux droits de l'Homme de l'Osce, « l'important est le respect des droits élémentaires, faire en sorte que les gens puissent importer et répandre la littérature religieuse et qu'aux détenus soient donnés des repas conformes à leur religion ». De cette manière, on s'éloigne très fort du concept de laïcité, sans se rapprocher de celui de liberté de religion : on dirait plutôt la vieille « tolérance » du XVIIIe siècle .

 

Deux parlementaires européens hollandais, Peter van Dalen (Parti de l'Union chrétienne) et Dennis de Jong (Parti socialiste), la considèrent de manière plus décidée : il s'agit de promouvoir même « le droit de changer religion ou de ne pas être croyant. Dans quelques pays, ce choix conduit à la marginalisation, mais la liberté de culte et les convictions religieuses comportent même le droit de ne pas être croyants ». Et les multiples cas, révélés maintenant chaque jour , d'athées en difficulté dans différents pays pour avoir exprimé leurs idées démontre qu'un engagement de ce genre est nécessaire.

 

Au même moment, des Usa arrive toutefois un pesant distinguo. Le rapport annuel de la commission sur la liberté religieuse internationale, qui dépend du département d'État étazunien, s'en prend à la « libre pensée agressive ». Parce que quelques mesures (l'interdiction de la burqa en public en Belgique et en France, par exemple) seraient limitatives de la liberté de religion. Ces exemples de « discrimination vis-à-vis de la religion » sont relevés même dans des cas encore beaucoup plus discutables, comme certaines limites imposées à l'abattage rituel (très violent) et à la circoncision (imposée même aux nouveau-nés).

 

Par contre, le rapport met en évidence bien peu de cas de persécutions à l'encontre des athées, réservant par contre d'énormes espaces aux discriminations envers les religions minoritaires. Le document ne peut pas cependant éviter de noter qu'il n'existe pas de meilleur lieu pour la protection de la liberté de religion que l'Europe Occidentale, jusqu’à ne pas arriver à découvrir d'« agression » des incroyants vis-à-vis de croyants. La définition de « liberté religieuse » qui en ressort n'est en rien nouvelle : c'est la liberté pour les religions de pouvoir faire ce qu'elles veulent, sans contrôle de l'État. Il est curieux de constater que c'est écrit par des représentants d'un pays qui, en des temps pas lointains, a voulu exporter la démocratie — ou, pour être plus précis, son concept de démocratie. Un pays dans lequel, en différents États, il n'est pas encore aujourd'hui possible aux athées accéder à des tâches publiques. Pas surprenant, que le rapport du département d'État étazunien, cherche des puces à beaucoup à de nations, mais autocratiquement décide de ne pas traiter un pays : le sien.

 

Il ne s'agit pas de demander la « réciprocité », à plus forte raison, à le faire si ce sont des pays qui, chez eux, ne se comportent pas de manière irréprochable. Il ne s'agit jamais de limiter les relations avec ces pays qui violent les droits de l'Homme, et pas seulement ceux religieux. Il ne semble pas toutefois que les Usa soient en mesure de prendre des distances vis-à-vis de nations liberticides à 360 degrés comme l'Arabie saoudite ; ils ne semblent pas plus en mesure de présenter d'un modèle idéal pour les pays qui veulent adapter leur législation aux plus hauts standards de civilisation. Au fond, le bon exemple offert chez soi peut pousser les autres à le faire aussi chez eux. Une Europe laïque est la meilleure garantie pour tout le monde, et la meilleure carte de visite pour les pays qui en font partie.



Partager cet article

Repost 0
Marco Valdo M.I. - dans Asino
commenter cet article

commentaires