Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 23:31

 

 

« NOUS VIVONS BIEN SANS D... »


UNE CAMPAGNE DE L'UAAR.

 

Version française des Dernières Nouvelles de l'UAAR – Union des Athées, Agnostiques et Rationalistes. (4 juin 2013) :

Texte italien : http://www.uaar.it/news/2013/06/04/bologna-cagliari-milano-continua-campagna-uaar-viviamo-bene-senza-d/

 

  sans-d.jpg

 

 

Précepte laïque

Italiens, encore un effort pour devenir (tous) laïques !

 

 

Voilà donc, les amis italiens de l'UAAR qui se lancent dans une nouvelle campagne de sensibilisation et d'affirmation publique de l'existence des athées, agnostiques... Bref, de laïques en Italie. On pourrait, d’aucuns diraient même on devrait, s'en réjouir et trouver que cette affirmation de dix millions de laïques en Italie est in se une bonne chose... Qu'on nous permette d'en douter...

 

Cette affirmation par le nombre n'est pas – d'un point de vue laïque – une bonne idée... ni un argument recevable. Il n'y aurait qu'un seul laïque (Ni Dieu, ni Maître) que la laïcité n'en serait pas déforcée, car elle est un principe de vie et son fondement est tout entier dans le « moi », dans le « io »... En cela, comme on le verra, l'UAAR a raison. Notons au passage qu'une affirmation exacte ne pourra jamais être anéantie par un nombre infini d’affirmations erronées « E pur si muove... ». Dunque, on en revient pour ce qui est de la vie humaine (le reste est hors de propos), à ce que l'homme concret, individuel, vivant, respirant... est la mesure de toutes choses. Pour la simple, bonne et unique raison qu'il est le seul en état de mesurer. Autement dit, sans homme, pas de mesure (possible).

 

Par ailleurs, que la solidarité s'exerce entre tous ces humains laïques soit une excellente chose, dans le principe et dans les faits... Là aussi, l'Uaar a raison.

 

Le danger ( et l’origine de notre doute) est dans les comptes d'apothicaires... et dans l'agonisme face aux religions. Jamais, au grand jamais, sous peine de se perdre, le laïque et cette nébuleuse de laïques qu'est la laïcité ne peuvent entrer dans ce jeu de concurrence, ni ne doivent accepter d'être mis dans le même sac que les sectes et les religions. Pour l'unique et solide raison qu'ils les rejettent en bloc et sans aucune discrimination. Reste à comprendre – hors Dieu qui n'existe pas et dès lors, dans notre raisonnement, ne compte pas – ce qui caractérise les religions et dès lors, ce qu'il conviendrait à toutes forces d'éviter... La religion est précisément ce que l’étymologie nous enseigne : un lien entre des gens, lien dont le fondement est la croyance commune ... La laïcité, venue au monde bien avant la théorie chrétienne, cette laïcité qui n'est rien d'autre que le peuple des gens (hic et nunc), l'humaine nation dans sa quotidienne concrétude, se fonde elle sur la solidarité, instaure la reliance sociale entre des vivants, précisément parce qu'ils sont vivants et existants là. Cette solidarité laïque, cette reliance qui s'instaure entre les laïques, est une conséquence de l'autonomie de chacun de ses composants ; elle n'implique aucune subordination. Dès lors, pour exister, la laïcité n'a aucun besoin de singer le religieux et ses rites... La laïcité est un en soi et vit à l'intérieur de l'humain quotidien, c'est-à-dire du laïque que je suis, sans qu'il soit besoin de rien d'autre, d'aucun adjuvant. Tout rite, toute cérémonie, toute marque ou tout lien d'appartenance est par essence religieux. L'homme, la femme (ô surtout, la femme !) ne peut appartenir à personne, ne peut appartenir à rien et encore moins à des entités nébuleuses et fantasmatiques. Le laïque n'appartient pas à la laïcité, c'est exactement l'inverse qui est exact. C'est la laïcité qui est propriété du laïque. On pourrait le dire autrement ainsi : le laïque et sa propriété. On pressent aisément la portée révolutionnaire de cette simple affirmation... La femme ne peut appartenir à personne... Suivez mon regard... L'homme ne peut appartenir à rien, ni à personne... Confrontée à la laïcité, toute la société, toute société patriarcale (ou matriarcale... cela ne change rien) explose instantanément... Tout signe d'appartenance est signe de soumission et de soumission forcée à une entité par essence dictatoriale. Toute religion est par essence liberticide... Comment pourrait-il en être autrement ? Et par conséquent, la laïcité ainsi comprise est libertaire... Forcément, libertaire.

 

 

« Nous vivons bien sans D » : telle est la nouvelle campagne de sensibilisation de l'Uaar afin de donner de la visibilité aux incroyants, à leurs instances et à leurs droits. Une série d'affiches ont été placées à Milan et dans autres villes italiennes pour l'affirmer et pour rappeler que l'Uaar est aux côtés des athées et des agnostiques dans la lutte pour leurs droits et contre les discriminations.

 

Selon les recherches les plus crédibles, il y a dix millions d'incroyants en Italie. Mais ils n'ont pas voix au chapitre, sont souvent maltraités et parfois, craignent de s'affirmer publiquement. Nous ne sommes pas dans un pays laïque, l'influence de l'Église catholique est forte, le conformisme social obséquieux envers la tradition est répandu et le laxisme de la politique est évident. En outre, les incroyants sont l'objet de diabolisation, de préjugés, leur « manque » de foi est qualifié d'absence d'humanité, de sentiments ou de sens éthique. Malgré cela, les athées et les agnostiques peuvent vivre une vie pleine et font partie intégrante de la société. Et cet « io » (moi) de la campagne, loin d'être une expression d'égoïsme, d'étroitesse d'esprit, d'isolement ou de fermeture individualiste, veut être vraiment la valorisation de cette précieuse individualité possible sans dogmes et sans impératifs religieux, déclinée à l'enseigne de la liberté et de la conscience critique. Au fond, dix millions de « moi » font un énorme « nous ».

 

À Milan ont été placées des affiches de 6×3 ( place Belfanti, place Ospedale Maggiore e via dei Vespri Siciliani). Il y a aussi un camion-voile qui circule dans les rues de Milan et dans les communes limitrophes (Segrate, Pioltello, Cernusco, Brugherio, Agrate, Concorezzo, Monza, Lissone, Muggiò, Cinisello, Cusano, Bresso, Sesto, Cormano, Paderno, Cesano, Meda, Seregno, Desio, Seveso, Varedo, Limbiate, Senago, Garbagnate, Caronno, Saronno, Lainate, Arese, Fiera).

À Bologne, dix affiches viennent d’être placées, ou en voie d'affichage via Giotto, via Lipparini, via Saffi, via Ferrarese, via Terracini, viale Felsina, via Stalingrado, via Mattei, via Marco Emilio Lepido et dans la commune de Casalecchio di Reno dans la via Monroe.

Une campagne toujours plus diffusée rendue possible par l'engagement des membres et des cercles sur le territoire et qu'on étendra même dans autres villes, dans les prochaines heures dans la zone de Cagliari, Olbia et Carbonia. Comme le rapporte la Repubblica, rappelant comment même dans ce cas, après l'expérience de l'« ateobus » , il y a eu censure et ostracisme de la part des sociétés publicitaires. Pour l'instant les prélats n'ont pas crié au scandale. L'important est qu'athées et agnostiques d'Italie sachent qu'ils sont nombreux et que l'Uaar est à leurs côtés chaque jour.


La rédaction

Partager cet article

Repost 0
Marco Valdo M.I. - dans Asino
commenter cet article

commentaires

Clovis Simard 01/10/2013 13:35

IL N'Y A PAS D'ATHÉES DANS LES TRANCHÉES.fermaton.over-blog.com

Clovis Simard 01/10/2013 13:31

IL N'Y A PAS D'ATHÉES DANS LES TRANCHÉES.fermaton.over-blog.com